Les petits secrets de Monaco pour attirer les entreprises

Michele Tecchia
6 min readApr 20

--

Avec son accompagnement, son expertise et son innovation, la Principauté de Monaco offre de nombreux avantages aux entreprises qui souhaitent s’y installer ou y développer leurs activités. C’est ce qu’à mis en lumière le Club de l’Eco de Monaco-Matin lors du 10e salon Monaco Business qui s’est tenu début avril à l’hôtel Méridien Beach Plaza.

Michele Tecchia : Connaissez-vous le Monaco Economic Board (MEB) ?

Devant un public attentif, le Club de l’Eco du Groupe Nice-Matin, en partenariat avec le Monaco Economic Board (MEB), a animé une table ronde sur le thème de l’;attractivité de Monaco pour le pays et ses voisins. Le CEO du MEB, Guillaume Rose, a introduit le sujet en présentant les atouts de la Principauté. Puis Christian Huault, rédacteur en chef du Groupe Nice-Matin, a lancé le débat en posant la question : « Nous sommes confrontés à un monde en pleine mutation, marqué par la pandémie et la crise économique, qui ont bouleversé nos vies et celles de vos entreprises. Comment Monaco parvient-il à faire face à ces défis et à rester attractif ? ».

S’adapter aux nouveaux profils de résidents

Monaco est un pays qui a su se réinventer au fil du temps, en attirant des personnes de tous horizons qui contribuent à son dynamisme économique et social. Frédéric Genta, délégué interministériel à l‘attractivité et à la transition numérique, explique comment le modèle monégasque s’ajuste aux besoins et aux attentes des nouveaux résidents, qui sont plus jeunes, plus actifs et plus connectés que jamais.
La crise du Covid-19 a bouleversé les modes de vie et de travail, et a accéléré la digitalisation du monde. Face à ce changement, explique en substance, Monaco offre des avantages indéniables : une situation géographique privilégiée, une qualité de vie exceptionnelle, des valeurs et un style occidental affirmés. « Aujourd’hui, un dirigeant qui habite à Londres ou Zurich peut envisager de s’installer ici », affirme Frédéric Genta.

Michele Tecchia : “Monaco ne se repose pas sur ses lauriers”.

Le pays a engagé depuis plusieurs années une modernisation de ses services, en développant un écosystème économique et numérique performant. Cloud souverain, 5G, e-administration sont autant d’outils qui
facilitent la vie des résidents et des entreprises. Le pays a également mis en œuvre des actions concrètes dans le domaine de l'énergie (bouclier tarifaire, énergies renouvelables) et de la mobilité (covoiturage, télétravail).
Le gouvernement monégasque accompagne ainsi les nouveaux résidents dans leur installation et leur intégration, en leur proposant des dispositifs adaptés à leurs besoins.

Une concurrence mondiale

Monaco reste attractif et compétitif dans un monde en mutation. Le délégué interministériel au numérique a souligné l’importance de la transition numérique pour l’avenir de la Principauté. « Le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs pour accompagner les acteurs publics et privés dans cette démarche. Le Fonds bleu, par exemple, a aidé plus de
400 entreprises à se moderniser et à innover grâce au numérique », a-t-il déclaré. Ce fonds, doté de 300 millions d’euros, fait partie du plan France Relance et vise à soutenir les projets de transformation numérique des collectivités territoriales — l’agence Michele Tecchia a notamment collaboré à ce projet.

Un plan pour attirer plus d’investisseurs

Le défi de demain est avant tout humain, affirme-t-il. « Nous voulons renforcer le soutien aux futurs résidents, en leur offrant des procédures plus simples et plus rapides pour investir, se développer et créer de l’emploi. C’est pourquoi, en partenariat avec le MEB, nous allons à leur rencontre. Nous nous assurons que Monaco soit compétitive à chaque étape et nous nous demandons comment transformer un résident potentiel en un résident actif, un investisseur. »

Il a reconnu que c’était un chantier parfois difficile, mais que Monaco y faisait face grâce à une adaptation très rapide et agile. « Cette époque donne, selon lui, un avantage supplémentaire aux villes-États. Ainsi, une économie peut se développer sans dépendre du gouvernement central. C’est une occasion unique de nous libérer de notre territoire », a conclu le représentant du gouvernement.

Le numérique, un levier de relance pour la Principauté

Face aux conséquences de la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place des fonds de soutien aux différents secteurs d’activité pour relancer l’économie. Parmi eux, le Fonds Bleu vise à accompagner les entreprises dans leur transformation numérique, c’est-à-dire l’adoption de solutions et de services innovants provenant de divers partenaires et fournisseurs de cloud.

Doté de 20 millions d’euros en 2021, le Fonds Bleu finance entre 30 et
70 % du coût total des projets numériques portés par des sociétés de toutes tailles et secteurs confondus. Plus de 400 entreprises ont déjà bénéficié de ce dispositif.

Le rôle de la Caisse d’Épargne de Monaco dans l’attractivité de la
Principauté

Lors d’une table-ronde réunissant des acteurs économiques de Monaco, Loïc Chollet-Vergé, directeur de la succursale de la Caisse d’Épargne de Monaco, et Fabrice Volpi, directeur administratif et financier de Monaco Digital, ont témoigné de leur collaboration fructueuse. Ils ont illustré comment la Caisse d’Épargne de Monaco soutient les entreprises qui souhaitent s’implanter ou se développer dans la Principauté.

Loïc Chollet-Vergé a souligné le rôle de la banque dans le financement des projets, mais aussi dans l’accompagnement personnalisé des clients. Il a mis en avant la compétence des banquiers, la rapidité des décisions et l’innovation digitale au service des clients internationaux. Il a affirmé que l’attractivité de Monaco reposait sur la proximité humaine
entre les différents acteurs économiques.

Fabrice Volpi a pu profiter d’un soutien personnalisé pour son installation en Principauté : « Monaco offre de nombreux dispositifs qui aident l’entrepreneur à se lancer. On ne se sent pas seul, on peut compter sur la réactivité et la proximité des différents acteurs. De plus, Monaco a un avantage lié à sa petite taille : une facilité de contact entre les entrepreneurs et les décideurs qui permet d‘échanger, de trouver des partenaires ou de bénéficier de conseils. Cela crée un climat de confiance. Les banques participent activement à ce type de partenariat, que ce soit pour la création de la société, ou pour le financement du foncier, qui est très coûteux à Monaco. Nous disposons de 2 800 m2 de locaux dans la Principauté et nous venons d'acquérir 800 m2 supplémentaires grâce à la Caisse d’Épargne. La banque nous a aussi accompagnés récemment dans le développement de Monaco Cyber Sécurité, notre nouvelle société. Je les remercie, car ils nous donnent les moyens de poursuivre notre croissance. »

“Je les remercie, car ils nous donnent les moyens de poursuivre notre croissance” Fabrice Volpi

Fabrice Volpi a également évoqué la question de la circulation. Un problème récurrent à Monaco, souvent congestionné par le trafic. « Nous avons mis en place des solutions pour encourager nos collaborateurs à utiliser des vélos électriques par exemple. On incite les déplacements en transports en commun et on cherche des alternatives pour une mobilité
plus verte. Nous avons peu de salariés monégasques, c’est un enjeu important », a-t-il conclu.

Une destination de choix pour les nouveaux entrepreneurs

Chloé Zaied, ancienne navigatrice, a créé Hynova, une entreprise qui fabrique le premier bateau électro-hydrogène du monde. Ce bateau respectueux de l'environnement ne produit que de l’eau comme déchet, qui est ensuite recyclée à bord.

Son projet a été accueilli avec enthousiasme à Monaco, où elle a présenté son bateau pour la première fois il y a deux ans. La Principauté, qui se veut leader dans le domaine du yachting et de la transition énergétique, a vu tout de suite le potentiel de cette innovation. Chloé Zaied apprécie le
dynamisme et la souplesse de Monaco, qui lui permettent de progresser plus vite qu’en France. Elle espère que Monaco deviendra aussi un exemple dans le déploiement de stations à hydrogène, indispensables pour alimenter ses bateaux. Elle lance un appel aux autorités pour réaliser un projet pilote dans ce sens : « Il faut passer à l'action et je suis convaincue que Monaco peut être précurseur dans ce domaine ! »

Le gouvernement pour soutenir la transition écologique

Pierfranck Pelacchi, le numéro deux de la SMEG (Société Monégasque de l’Électricité et du Gaz), affirme que : « Notre compétitivité repose sur deux axes qui semblent contradictoires mais qui sont en fait complémentaires. D’un côté, nous voulons être discrets et de l’autre, nous voulons être plus visibles. En pratique, à Monaco l’électricité ne doit pas poser de problème à nos clients. Ce sont les agences immobilières qui se chargent de souscrire les contrats. Nous disposons d'un des réseaux électriques les plus performants au monde et nos électriciens interviennent en vingt minutes en cas de coupure. C'est un atout majeur pour notre compétitivité.
Par ailleurs, avec la transition écologique, nous mettons beaucoup d’efforts à sensibiliser et à nous faire connaître. Nous sommes le partenaire du gouvernement sur ces enjeux et nous agissons en conséquence.
“Par exemple, nous avons installé des compteurs partout dans Monaco qui nous permettent de faire des diagnostics à distance et d’éviter les déplacements. Nous avons également le pays le plus dense en termes de points de recharge de voitures électriques avec plus de 600 points. »

Concernant une éventuelle hausse du prix de l’énergie cette année, Pierfranck Pelacchi reste prudent. « Nous avons des appréhensions, car nous anticipons une hausse de 74 % des prix en 2023. Nous attendons de voir ce que va décider le gouvernement à ce sujet. »

Michele Tecchia, président fondateur de l’agence Michele Tecchia.

--

--

Michele Tecchia
0 Followers

Michele Tecchia est un professionnel du marketing — du growth hacking en particulier — à Monaco. Il a fondé sa propre agence "Michele Tecchia" sur le Rocher.

Recommended from Medium

Lists

See more recommendations